Suède

Suède : découverte de Göteborg

La côte du Bohuslän que nous venons de quitter est cernée au nord par la Norvège et au sud par la ville de Göteborg que je vais aujourd’hui explorer (comme le suggère si subtilement le titre de cet article d’ailleurs).

Göteborg est la deuxième ville du pays. C’est une atmosphère un peu étrange qui nous attend à l’arrivée car le passé (et présent) de la ville saute à la gorge. On est en effet accueilli par un port industriel impressionnant qui cache la ville au baroudeur de passage. L’industrie est ancrée dans l’histoire de la ville car Göteborg est le premier port de Suède et depuis la construction du canal du Göta en 1832 et l’arrivée du chemin de fer, la ville est devenue un important port industriel. Ça donne un certain charme à vrai dire. 

Jour 1 : Vieille Ville et Haga

Comme à notre habitude à chaque découverte de ville, nous laissons la voiture au garage pour explorer à pied. C’est le meilleur moyen de transport en ville (et le meilleur moyen d’éliminer tous les roulés à la cannelle testés à titre purement professionnel tout au long du voyage). Et bonne nouvelle, Göteborg s’explore très bien à pied : c’est assez condensé et (relativement) plat.

Lors de cette première après-midi sur place, nous décidons de nous cantonner aux quartiers de la Vieille Ville et de Haga, qui est à Göteborg ce que le Marais est à Paris (de plus ou moins grande envergure).

L’idée est de se dégourdir les jambes et de prendre ses repères. La Vieille Ville s’explore facilement et rapidement. Elle côtoie des bâtiments en ruine ou des bastions industriels qui rivalisent de beauté les uns avec les autres. Nous passons notamment à côté du marché aux poissons (fermé à ce moment-là), qui est un bâtiment assez étonnant en bord d’eau.

Le marché aux poissons à droite

Nous continuons vers le quartier de Haga, un ancien quartier ouvrier aujourd’hui fine fleur bobo de Göteborg. N’hésitez pas à explorer les arrières-cours des bâtiments qui abritent des surprises (parfois des bars servant de la bière – certes – et de très bons brownies et autres délicatesses vegan). 

Haga Nygatan est l’une des rues principales du quartier (vous ne la raterez pas au vu du nombre de banderoles la décorant) et est bordée de cafés, boutiques et autres espaces de mignonnerie. A goûter : un roulé à la cannelle plus grand qu’une main, impossible à finir tout seul. Astuce ; ils vous proposeront des roulés de la veille décongelés pour beaucoup moins chers si leur stock du jour est épuisé. Contre-astuce : préférez les frais car les décongelés sont certes moins chers, mais moins bons, CQFD.

Nous profitons de la nuit tombante pour explorer une autre partie de la ville qui longe le canal et abrite des bâtiments universitaires et du street art en abondance. Durant le reste de la soirée, nous remonterons le canal pour découvrir une jolie facette de la ville de nuit.

Encore un super spot de baignade!

Jour 2 : Trädgårdsföreningen, Röhsska Museet et encore Haga

Le lendemain, notre plan d’attaque est d’improviser. Je regarde la veille au soir ce qu’on peut faire le lendemain. Je voulais faire le musée maritime situé juste en face de notre hôtel où l’on peut visiter des bateaux et un sous-marin. Covid oblige, c’est fermé. 

Nous continuons alors à l’air libre, passons près de la cathédrale et des artères longilignes à l’est de la ville.

Cathédrale de Göteborg

Je voulais visiter le Trädgårdsföreningen (oui j’ai fait un copier-coller car impossible pour moi de le recopier de mémoire), un des nombreux parcs et jardins dont bénéficie la ville. C’est un parc très agréable à visiter, surtout en automne où les couleurs chaudes accompagnent vos pas. Dans le parc, des serres victoriennes se dressent derrière une roseraie charmante où se côtoient bassins, palmiers et autres plantes exotiques. Dépaysement garanti (sauf si vous êtes arachnophobes ou bébétophobes en général car les espaces exigus des allées vous pousseront à rebrousser chemin très vite).

J’ai vite faim donc on s’arrête au café de la roseraie qui propose des plateaux tout à fait corrects, dans un cadre tout à fait correct, pour un prix tout à fait correct. Malgré un petit vent frais, on profite tout de même d’un bon déjeuner au milieu des roses.

Après le déjeuner, je souhaitais visiter un musée, histoire d’insuffler de la culture dans mes veines où coule encore du sucre de roulé à la cannelle et du jus de saumon fumé (miam). Direction donc le Röhsska Museet, le musée du design de Göteborg. Spoiler alert : ce fut un coup de cœur et une révélation pour moi. La visite du musée m’a plongé dans un intérêt rare et hors du commun. Je décide dès lors qu’une fois de retour à Paris, je visiterai TOUS les musées (c’est ambitieux mais la visite du musée m’a redonné envie de redécouvrir ceux de Paris). Vous trouverez le récit de mon expérience ici et j’espère que mon amour pour ce musée vous poussera à franchir ses portes à votre prochain passage à Göteborg.

En fin d’après-midi, retour à Haga pour une dernière petite marche et une virée souvenir. Je m’arrête obligatoirement dans une boutique où les Moomins sont rois (leur créatrice est certes finlandaise mais le succès des Moomins n’a pas de frontière).

Dans les environs de Göteborg, j’avais également repéré le Fort de Bohus (au nord de la ville en venant de la côte du Bohuslän et qui était fermé) et d’autres parcs et musées (notamment le musée des Beaux-Arts ou le musée Volvo) jalonnent la ville et vous occuperont pour deux-trois jours en plus.

Le lendemain, nous avons prévu de reprendre la route vers Stockholm avec une étape nocturne à Örebro. Avant d’arriver à Örebro qui me réservera quelques surprises (en bien), nous nous arrêtons à Aeroseum, un bunker plus très secret qui accueille une belle collection pour les passionnés d’aviation. Mais je vous raconte ça dans une prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.