Suède

4 jours à Stockholm

Après une nuit magique à Örebro, direction Stockholm pour la dernière partie de mon voyage en Suède. C’est avec excitation et aussi un peu de tristesse que j’aborde cette dernière étape. Il nous reste 4 jours de voyage alors on en profite à fond ! Ou du moins on essaye car quelques mauvaises nouvelles et une météo peu coopérative vont avoir raison de nous parfois.

Alors Stockholm, c’est quoi ? C’est la capitale de la Suède (merci Captain Obvious), construite sur un ensemble d’îles à l’est du pays. Dès le XIIIè siècle, elle est déjà la plus grande ville de Suède mais ne deviendra sa capitale qu’en 1419. Au début, Stockholm n’était qu’une petite fortification contenue sur l’île de Gamla Stan, aujourd’hui le cœur historique et touristique de la ville. De siècle en siècle, les îles alentours sont rattachées une à une à la capitale.

Aujourd’hui Stockholm s’étend toujours sur plusieurs îles et l’archipel est immense. Pendant mon voyage, je me suis « contentée » de la ville principale. J’aurais bien aimé accéder à l’île de Vaxholm, située à l’est de l’archipel, mais aucun bateau ne circulait durant la période où nous y étions. Des lignes de bus étaient disponibles mais le temps de trajet aurait considérablement réduit notre temps de visite de la ville. 

Allez, je vous y emmène ?

Le château de Drottingholm

Avant de rendre la voiture de location à l’aéroport d’Arlanda, nous avons décidé de visiter une dernière attraction en chemin qui n’aurait pas forcément été très facile à inclure dans une visite de ville à pied (c’était faisable mais chronophage). 

C’est parti donc pour le château de Drottingholm, situé à l’ouest de Stockholm. Tout le château est visitable sauf l’aile est qui est la résidence de la famille royale suédoise. J’avais réservé des billets en avance pour visiter le château (enfin en avance, j’avais réservé un horaire la veille quoi). Nous étions quasiment les seuls visiteurs dans le château. Les seuls autres étaient une famille composée d’un père et de ses trois enfants. Je m’en souviens car ils étaient insupportables. Le père laissait ses enfants courir, hurler et grimper sur les statues du château sans s’en soucier plus que ça.

Bref. Je n’ai pas été percutée par l’intérieur du château. C’est un intérieur plutôt classique, de type rococo. Ca m’a fait le même effet que quand j’avais visité le château de Schönbrunn à Vienne : c’était une visite relativement plate.  Je m’attendais à plus de faste. J’ai peut-être trop l’habitude des châteaux à la française. 

Le bâtiment en lui-même date du XVIIè siècle, le bâtiment d’origine bâti en 1579 ayant brûlé en 1660. Le château est entouré d’un grand parc qui abrite des jardins à la française inspirés de Le Nôtre ainsi que d’un parc qui rappelle plus le style romantique anglais. 

Tout près, un pavillon chinois datant de 1753 ainsi qu’un théâtre de 1776 sont visitables (du moins à certains horaires et quand le Covid n’en a pas décidé autrement). Le théâtre est l’un des plus vieux du monde et a conservé sa machinerie d’origine ainsi que certains décors en papier mâché. 

Le domaine étant situé près d’un lac (et oui, nous sommes toujours en Suède, reine des lacs !), l’atmosphère y est plaisante et paisible. Le lieu sera l’occasion de prendre des photos et d’observer les mouvements mécaniques des gardes en faction au château, si les troupeaux d’oies belliqueuses le permettent of course (c’est plus difficile que ça en a l’air).

Autrement, pour y aller depuis la gare centrale de Stockholm quand vous n’avez pas de voiture, un tramway et un bus vous y emmènent.

Stockholm et l’île de Djurgården 

Après avoir quitté le château et déposé la voiture de location à l’aéroport d’Arlanda, nous prenons la direction de notre hôtel situé à Norrmalm, au centre nord de la ville. D’ailleurs pour rejoindre la ville depuis Arlanda, vous avez à disposition le Arlanda Express, un train rapide qui coûte en revanche un rein. C’est pratique, rapide mais forcément, ça a un coût.

Le soir, nous faisons juste un tour rapide du quartier avant de préparer notre journée du lendemain.

Le matin suivant, nous avons prévu pour la journée d’aller sur l’île de Djurgården, aussi connue comme “l’île aux musées” due à sa richesse culturelle. Sur cette île se trouvent donc de nombreux musées comme le musée nordique, le musée des spiritueux, mais aussi un parc avec un zoo et le Skansen, une ville traditionnelle suédoise reconstituée. Pour notre journée, nous avions choisi les musées ABBA et Vasa. Et c’était une journée parfaite pour faire des musées car le temps était ignoble. C’était encore plus désagréable parce-que nous avions décidé d’aller sur l’île à pied depuis notre hôtel, quelle idée.

C’est donc après avoir bravé bourrasques de vent et averses glaciales, que nous arrivons au musée ABBA.

Le musée ABBA

C’est un musée qu’on peut difficilement manquer, le kitsch et les paillettes des années 70 se repérant à des kilomètres à la ronde. Aimant bien la musique ABBA et le film Mamma Mia, je me suis dit que cette visite pourrait être rigolote. 

Le musée a ouvert en 2013, soit 30 ans après la séparation du groupe. On y retrouve des décors et accessoires des films Mamma Mia, des costumes, des espaces qui retracent la gloire du groupe. C’est plutôt sympa, l’ambiance est là, jusque dans les toilettes. En revanche, l’entrée du musée coûte une fortune et est plutôt dissuasive. Enfin, pour moi, 25€ pour un billet de musée est un prix exorbitant.

Je n’ai pas grand chose à ajouter à cette étape, les photos parlant d’elles-mêmes. 

Après avoir visité le musée ABBA, nous avions prévu de visiter le Vasamuseet, le musée du Vasa, cet immense navire de guerre. Mais avant, comme c’est le midi et que je dois manger (sous peine de réveiller la créature féroce qui sommeille en moi), on se met d’abord à la recherche d’un lieu pour déjeuner. Et je vous préviens, ce n’est pas évident sur cette île car aucun restaurant n’est situé à proximité. Comme il se fait tard (environ 14h/15h), on se rabat sur le seul espace de restauration ouvert dans les environs : la caféteria du musée Vasa. Il faut d’ailleurs payer son billet d’entrée au musée avant d’accéder au restaurant donc soyez sûrs de le visiter.

Le musée Vasa

Le musée Vasa est définitivement un coup de cœur. Son architecture est impressionnante : un bâtiment moderne surmonté de 3 mâts rappelant les mâts de l’immense navire de guerre qui nous attend à l’intérieur. Ce musée est génial, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. 

Dans une ambiance tamisée, on admire le navire, le Vasa, qui est la pièce maîtresse du musée (c’est le but de ce musée non?). Autour du navire, des espaces d’expositions qui retracent merveilleusement bien l’histoire du navire et de son renflouage, de la vie quotidienne au XVIIè siècle, des personnes qui étaient à bord du bateau et bien d’autres.

Commandé en 1625 pour être le fleuron de la marine suédoise, la Vasa a une histoire absolument incroyable. Il devait à l’époque être l’un des plus gros bâtiments de la marine, pouvant transporter pas moins de 300 soldats, sans compter tout le reste de l’équipage. Mais pourquoi son histoire est-elle incroyable ?

Car le navire, effectuant sa première sortie dans le port de Stockholm le 10 août 1628, a ce jour-ci coulé en environ 20 minutes. Quelques bourrasques de vent ont eu raison de l’imposant navire de guerre. Sont à déplorer entre 30 et 50 disparus. S’il a coulé, c’est principalement dû à son aspect expérimental et au manque de connaissances techniques que les ingénieurs de l’époque ont mis à l’œuvre. Le Vasa n’était tout simplement pas viable malgré la petite fortune investie par le roi.

Le Vasa est donc resté au fond du port de Stockholm pendant plusieurs siècles, sans aucun succès de renflouage. C’est dans les années 1950 qu’un gros projet de renflouage refait surface (notez ce magnifique jeu de mot) et c’est 1961 que le Vasa revoit la lumière du jour. Plusieurs années de restauration seront nécessaires pour présenter le navire au public. Aujourd’hui ce sont 95% du navire d’origine qui sont exposés, dans un état tout à fait incroyable. Si le titan des mers est aujourd’hui si bien préservé, c’est qu’il a été aspergé pendant plusieurs mois d’une substance s’apparentant à de la résine qui permet aujourd’hui de le conserver en état.

Gamla Stan, le centre historique de Stockholm

Après avoir quitté les musées de Djurgården, nous rentrons tranquillement en tramway jusqu’à notre hôtel pour profiter de sa piscine et de son sauna (c’est ça aussi les vacances!). 

Le lendemain matin prend une tournure un peu morose. Un litige avec l’entreprise chez laquelle nous avions loué la voiture tombe : on doit payer quasiment 500€ pour une égratignure qui était probablement déjà là avant notre location. Mais je vous raconterai peut-être cette histoire une autre fois. Et la taxe d’habitation d’un montant plutôt salé nous tombe aussi dessus la même matinée. Autant vous dire qu’on a « perdu » la matinée à se battre contre des gens qui ne voulaient rien entendre.

Pour se détendre et arrêter de perdre notre énergie pour rien, nous sortons pour profiter du soleil (oui j’ai bien dit soleil) et des autres merveilles qu’offre la capitale suédoise. Aujourd’hui : direction Gamla Stan, le centre historique.

Gamla Stan est une petite île logée au centre de Stockholm. La ville y est née il y a 700 ans et était dotée d’une fortification. Les maisons y étaient bâties en bois puis toute l’île fut reconstruite au XVIIè siècle pour limiter les risques d’incendie. Cette partie de la ville a en revanche gardé son tracé médiéval, ce qui lui confère une atmosphère cosy et intimiste (si vous avez la chance comme nous d’éviter la haute saison et les hordes de touristes). 

Gamla Stan est donc très mignonne. On y trouve des maisons à pignon colorées, comme sur la place Stortorget où j’ai mangé des boulettes suédoises (elles m’ont apporté beaucoup de réconfort) et bu un merveilleux cidre. Sur cette place, vous trouverez aussi le musée Nobel (que je n’ai pas visité). Plus loin sur l’île, nous avons également jeté un coup d’œil au Palais Royal, qui est parfois fermé au public quand la famille royale y est de visite.

Le tour de Gamla Stan est plutôt vite fait. Les bords de l’île offrent de superbes panoramas sur le reste de la ville.

Pour finir notre après-midi, nous sommes retournés Place Stortorget pour déguster un roulé à la cannelle en terrasse. J’ai sans doute passé plus de temps à faire fuir les moineaux qui essayent de voler de la nourriture qu’à profiter de mon café. Observer les touristes se faire voler des bouts de pâtisserie par ces fieffés volatiles tout en hurlant est toutefois un spectacle plutôt divertissant. 

On finira notre soirée à Norrmalm encore une fois, non loin de notre hôtel.

Östermalm et l’Armémuseet

Le lendemain, le temps est de nouveau maussade donc c’est parfait pour visiter un autre musée. Nous allons à pied jusqu’au quartier d’Östermalm, situé au nord-est de la ville. Ici, se trouve le musée de l’Armée, Armémuseet, qui retrace l’histoire militaire du pays de 1500 à nos jours. Le restaurant du musée est d’ailleurs très bien si vous voulez déjeuner dans le coin avant votre visite. 

Le musée est incroyablement riche. On peut y passer des heures sans s’y ennuyer une seconde. C’est notamment grâce aux reconstitutions grandeur nature et aux installations sonores que le musée prend vie. Certaines scènes de vie reconstituées sont très réalistes, parfois glauques; la guerre est y représentée dans toutes ses horreurs. 

Outre l’histoire militaire du pays, on peut observer une très belle collection de trophées de guerre, d’armes et une section est dédiée à l’espionnage. Gros avantage : le musée est gratuit, seules les expositions temporaires sont payantes (mais c’est une bouchée de pain). 

Le reste de l’après-midi est dédié à l’exploration du quartier d’Östermalm, de ses rues assez chicos et de son atmosphère plutôt détendue. 

Les plus belles stations de métro de Stockholm

Quand la pluie reprend, on décide de retourner en intérieur, mais plus profondément cette fois. Nous allons prendre le métro. Jusqu’ici, ça n’a rien d’extraordinaire me direz-vous. C’est sans compter sur la dizaine de stations de métro éparpillées à travers la ville qui valent le détour. Notre ticket de métro n’étant valable que 75 minutes, nous faisons une sélection optimisée des stations que nous voulons voir comme celles de Stadion, Solna centrum, T-Centralen et Tekniska Högskolan. 

Chacune de ces stations de métro sont des œuvres d’art à part entière. Stadion par exemple fait référence aux Jeux Olympiques de 1912 grâce aux rappels de couleurs des anneaux olympiques.

Solna centrum est un hommage écologique dénonçant l’exode rural et l’industrialisation rapide du pays. Une fresque représentant une forêt d’un kilomètre de long se déroule dans les méandres de la station.

T-Centralen est la plus grande station de métro de la ville et ses fresques bleues et blanches représentent la force des travailleurs de la ville. 

La dernière station de métro que nous explorons est Tekniska Högskolan qui arbore un projet de Lennart Mörk. L’artiste y représente les cinq éléments de Platon (l’eau, le feu, la terre, l’air et l’éther).

Il faut compter au-delà de 75 minutes pour visiter toutes les stations décorées. Parmi celles que nous n’avons pas vues figurent : Rhaduset, Kungsträdgården, Näckrosen, Alby, Västra Skogen et Thorildsplan.

Le lendemain est notre dernier jour sur place. Au début du séjour, nos billets d’avion retour avaient été annulés et nous avions été reportés sur un autre vol le matin suivant. Nous avons réservé en dernière minute une nuit d’hôtel directement à l’aéroport. Ça nous a finalement permis de passer plus de temps sur Stockholm pour une dernière visite, sans avoir à se presser pour l’avion.

Le musée de la technologie : le Tekniska Museet

Pour notre dernière demie-journée suédoise, nous prenons un bus vers l’est d’Östermalm où plusieurs musées sont regroupés et font face à un immense parc. Ici se trouve le Tekniska Museet, le musée de la technologie.

N’étant pas particulièrement friande de sciences et techniques, c’est pour M.Loukoum que nous sommes là. Le musée abrite une collection d’objets en tous genres attestant des évolutions technologiques au fil des décennies. Un espace est dédié aux jeux vidéos, un autre aux expérimentations scientifiques. Une des parties les plus intéressantes pour moi est une reconstitution d’une mine de charbon grandeur nature, plutôt immersive.

Farewell Sweden

C’est sur cette note que nous clôturons nos deux semaines en Suède et notre grand weekend à Stockholm.

Stockholm est une ville vraiment riche et nous avons dû faire pas mal d’impasses. Nous n’avons pas visité Södermalm au sud, les autres musées de la ville ou l’archipel de Stockholm qui permet de faire une pause nature à une distance respectable de la ville.

La capitale suédoise est une ville très agréable, où on vit bien, où on mange bien. Je me suis sentie à l’aise et en sécurité. Parfait pour finir les vacances.  

Et en attendant de pouvoir re-voyager un jour, je me replonge dans mes photos de vacances et espère vous avoir fait passer un bon moment d’exploration (en supposant que vous ayez eu la patience de tenir jusqu’à ces lignes)!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.