France

Une journée d’été à Clisson

En juin 2020, je suis retournée à Clisson. J’y avais déjà été en 2016 et 2017 mais dans un contexte particulier, celui du Hellfest, un des plus grands festivals de musiques extrêmes du monde. En juin 2020, j’ai mis les pieds à Clisson une semaine avant que le Hellfest aurait dû avoir lieu. Tout simplement annulé, comme tous les festivals cette année-là.

Hors Hellfest, la ville prend un aspect particulier, calme et différent. Car la foule de métalleux que j’avais l’habitude d’y voir n’était pas là cette année. 

J’ai pu redécouvrir la ville en amoureux, explorer ses rues vides et inondées par le soleil d’été. 

Clisson est une petite ville de Loire-Atlantique, située à quelques dizaines de minutes de Nantes. J’ai l’impression d’être au Moyen-Âge par endroits, hors du temps. Le centre ville est peu animé alors que l’heure du déjeuner approche. Mais il vaut quand même le détour. Même si la plupart des boutiques sont fermées, on peut toujours trouver un coin d’ombre et de fraîcheur sous les Halles de la ville. J’en profite pour passer dans une petite libraire collée aux Halles, les Villes invisibles, qui respire le calme et l’authenticité.

Clisson c’est aussi un air d’Italie, comme si on était partis plus loin que la Loire-Atlantique. C’est notamment grâce à l’église Notre-Dame, de style roman, qui surplombe la ville. Depuis la Sèvre en contrebas, on prend le temps d’admirer l’eau qui s’évade calmement à travers les arbres et les maisons en pierre. Depuis la rivière, l’église romane et le château-fort du XIIè siècle observent les passants du coin de l’œil. 

Près du château, je retourne à l’Auberge du château. C’est ma troisième fois ici et sans doute pas la dernière. C’est bon, c’est merveilleux, c’est un moment extraordinaire passé sur la terrasse vitrée qui offre une vue sans pareil sur la rivière.

Tout près, le Pont de la Vallée nous emmène dans une autre partie de la vieille ville, aux rues sinueuses, toutes pavées, aussi charmantes que le reste du village. Le Pont est un parfait observatoire pour voir passer les kayakistes en herbe. En temps de Hellfest, j’y aurais probablement vu des gens tout nus sauter depuis le pont pour profiter de la fraîcheur de l’eau. C’est visiblement moins accepté hors période de festival (dommage, ça fait aussi le charme du coin). 

Si l’Italie occupe une place chère à votre cœur, ne faites pas comme moi, et poursuivez votre chemin jusqu’au domaine de la Garenne Lémot qui abrite des bâtisses de type toscan.

La balade de la ville s’arrêtera là pour moi. Arpenter les rues de Clisson m’aura empli de nostalgie. Mais avant de quitter Clisson, j’ai une dernière étape à marquer.

Pour moi Clisson c’était avant tout le Hellfest (vous l’aurez compris je pense à ce niveau). Avant de reprendre la route pour rentrer, M.Loukoum et moi-même nous arrêtons sur un bord de route qui longe le site du festival en question. Les installations sont là toute l’année, du moins en partie. Ce serait dommage de ne pas y rendre un dernier hommage non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.