Art & Histoire France

Mon top 5 des sites de la Seconde Guerre mondiale dans le Calvados

Il était une fois une étudiante qui partit à Caen dans le Calvados pour effectuer sa dernière année d’études. Cette étudiante, c’était moi (vous vous en seriez douté non?). Aller étudier à Caen fut pour moi une aubaine. D’une car je voulais partir de région parisienne pour souffler un peu et de deux, car c’est la seule université qui m’a donné à l’époque une réponse favorable à ma candidature de Master 2.

L’université de Caen a un énorme pôle historique. Dans les couloirs en béton, on y chuchote souvent le nom de Guillaume le Conquérant (normand fameux) et de généraux de la Seconde Guerre mondiale. Caen fut l’un des centres névralgiques de la Seconde Guerre mondiale, lors du Débarquement notamment. De nombreux sites pullulent à travers la Normandie. Étant passionnée d’histoire contemporaine et de Seconde Guerre mondiale en particulier, cette région était une caverne d’Ali Baba pour moi. 

J’ai essayé de faire une sélection de mes lieux préférés liés à la guerre dans le Calvados. J’ai réussi à faire un top 5 de mes sites préférés. Je vous les montre?

Le cimetière américain de Colleville et la plage d’Omaha Beach

Cimetière américain de Colleville sur Mer

L’un des lieux les plus connus et les plus mystiques de la Seconde Guerre mondiale est le cimetière américain de Colleville sur Mer. Ce site est absolument magnifique. Un centre d’interprétation accueille le visiteur sur place et retrace l’histoire du lieu. C’est très bien fait. Ensuite, la visite se poursuit dans le cimetière en lui-même. L’endroit est immense et surplombe superbement la mer et la plage d’Omaha.

Le 6 juin 1944, plusieurs milliers de soldats débarquèrent sur cette plage. Des milliers de soldats sont morts et sont restés sur place. Le cimetière rend mémoire aux soldats disparus. Outre les tombes d’une blancheur éclatante, divers mémoriaux sont dispersés à travers le cimetière.

Aujourd’hui, le cimetière abrite quasiment 10,000 sépultures. Le terrain appartient aux Etats-Unis, qui gère indépendamment le site depuis 1920.

En face du site dans les terres, vous trouverez le musée Overlord qui creuse un peu plus l’histoire du Débarquement.

Plus loin sur Omaha Beach, vous trouverez un monument aux Braves pour saluer la mémoire des soldats.

Monument aux Braves sur Omaha Beach. Crédits : Caro Sodar

Pegasus Bridge

Mon deuxième site favori de la Seconde Guerre mondiale dans le Calvados est Pegasus Bridge. Le pont Pegasus qui l’on peut voir actuellement date de 1994 est enjambe le canal de Caen à Bénouville, commune située au Nord-Est de Caen. L’ancien pont basculant date de 1935 et est conservé au musée Pegasus situé juste à côté du pont actuel.

Pegasus Bridge était l’un des objectifs principaux des parachutistes britanniques lors de la nuit précédant le Débarquement. La 6è division aéroportée (6th Airborne Division), portant l’emblème du Pégase, a réussi à prendre ce haut lieu stratégique durant la nuit. Le matin du Débarquement, le pont était aux mains des forces alliées, ce qui empêcha les forces allemandes d’envoyer des renforts vers la plage. Le contrôle du pont permit également aux parachutistes de rallier le restant des troupes à l’ouest du canal et d’éviter d’être ainsi isolés. 

En bref : un chef-d’œuvre de génie civil ayant une histoire incroyable.

Arromanches et son port artificiel

Mulberry Bridge aujourd’hui. Crédits : Herb1979, Pixabay

La commune d’Arromanches située sur la côte normande est aujourd’hui connue notamment pour son port artificiel. Le port de Mulberry est un port artificiel construit par les Alliés au lendemain du Débarquement. Ce port construit en eau profonde à partir de préfabriqués conçus au Royaume-Uni, permettait aux gros porteurs de pouvoir décharger provisions et matériel plus facilement.

Le port artificiel a permis d’apporter un énorme soutien logistique aux troupes sur place parties reconquérir les terres normandes plus loin vers Caen. Des centaines de tonnes de matériel, véhicules et troupes utilisèrent cette plateforme pour accoster en Normandie.

Le port de Mulberry en juin 1944 commence à être opérationnel. Crédits : IWM

A l’origine, deux ports devaient servirent aux troupes américaines et britanniques mais l’un deux fut détruit lors d’une tempête dans les semaines suivant le Débarquement. Aujourd’hui, des parties du port flottant sont encore visibles au large d’Arromanches.

Les batteries de Longues sur Mer et de Merville-Franceville

Ici j’avais envie de réunir deux sites qui me tiennent à cœur bien qu’ils soient relativement différents: les batteries de Longues sur Mer et de Merville Franceville.

La batterie de Longues sur Mer est sans doute la moins “fournie” des deux mais est toutefois très impressionnante. Elle abrite aujourd’hui des batteries de tir encore en très bon état malgré les bombardements intenses qu’elles ont subi le Jour J. Quatre canons de longue portée donnant sur la mer sont encore visibles. La batterie fut conquise par les Alliés le lendemain du Débarquement.

Batterie de Longues sur mer

Plus loin, sur la côte, la batterie de Merville Franceville est un poil différente. Point d’énormes canons ici comme à Longues sur Mer mais un parcours au milieu de bunkers et casemates. Dans l’un des bunkers, des installations de sons et lumières permettent de revivre le matin du Débarquement et la conquête de la batterie par les forces alliées.

Batterie de Merville Franceville

Sur place, un Douglas C-47 magnifiquement restauré repose également. Cet avion a notamment servi aux troupes aéroportées durant toutes leurs missions sur le sol européen.

Le fameux Douglas C-47

La Pointe du Hoc

Mon cinquième site préféré en lien avec la Seconde Guerre mondiale dans le Calvados est La Pointe du Hoc. La Pointe du Hoc est pour moi l’un des plus beaux sites marquants de la Bataille de Normandie. Située sur la commune de Cricqueville en Bessin, la pointe du Hoc surplombe une falaise de près de 30 mètres de haut et est prolongée par une pointe s’avançant vers la mer.

Les Allemands y avaient installé des pièces d’artillerie lourde qui menaçaient deux des plages choisies par les Alliés pour le Débarquement. Le matin du Jour J, la pointe est bombardée par les forces navales alliées afin de dégager le terrain à la troupe de rangers américains chargée de récupérer la zone. Les rangers une fois le bombardement terminé, escaladent la falaise afin de rejoindre le bastion allemand au prix de lourdes pertes.

Une fois arrivés au sommet, les rangers découvrent que les principales pièces d’artillerie allemandes étaient en fait fausses: le plus gros du matériel avait été déplacé plus loin dans les terres quelques jours avant l’arrivée des troupes alliées.

Des monuments ont été érigés plus tard à la mémoire des rangers disparus : plus de la moitié du bataillon de 225 hommes a été décimé dans l’opération de reconquête de la Pointe du Hoc. Comme le cimetière de Colleville, une partie de la Pointe est désormais sous protection et autorité américaine.

Aujourd’hui, l’on peut encore “admirer” les impressionnants cratères de bombes et blockhaus. La Pointe du Hoc est sans doute le site lié à la Seconde Guerre mondiale qui m’a le plus marqué, avec le cimetière américain de Colleville.

Bonus 

En bonus (et parce-qu’un top 5 peut être parfois restrictif), je voulais évoquer le Mémorial de Caen situé en périphérie de la ville qui retrace l’histoire du XXè siècle et notamment de la Seconde Guerre mondiale. 

L’entrée au Mémorial est un peu chère mais ça vaut le coup. Les installations sont superbes et l’on comprend mieux les enjeux du XXè siècle.

Je voulais aussi mentionner le cimetière allemand de La Cambe même si je ne l’ai jamais visité malheureusement. Quand on visite des sites de la Seconde Guerre mondiale en Normandie, on retrouve souvent des cimetières et mémoriaux alliés à voir et l’on mentionne peu les sites allemands dispersés un peu partout en Normandie.

Cimetière allemand de La Cambe. Crédits : Herb1979, Pixabay

Le cimetière allemand de La Cambe en est un exemple. Le site est un peu “oublié” même si de nombreux visiteurs l’incluent dans leur feuille de route. Le cimetière accueille actuellement plus de 20,000 corps de soldats allemands. Durant la guerre, le cimetière était composé de deux espaces : l’un était dédié aux soldats américains et l’autre aux soldats allemands. Les soldats américains ont par la suite été soit rapatriés aux Etats-Unis soit transférés au cimetière de Colleville. L’histoire du  cimetière est passionnante et mérite vraiment le détour. Il figure sur ma liste pour la prochaine fois où je serais en mesure de visiter le Calvados.

Et vous, quel est le site de la Seconde Guerre mondiale en Normandie qui vous a le plus marqué?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.