Montréal et le Québec

Balade givrée à Oka

Lors d’un dimanche après-midi frappé par un soleil d’hiver glorieux, j’enfilais mon pantalon de ski le plus seyant pour partir à la découverte du Parc national d’Oka. Ainsi équipée de mes trois couches de vêtements, j’ai embarqué dans notre nouvelle voiture acquise d’occasion pour partir à l’assaut des routes.

Direction le Parc national d’Oka, à environ 45 minutes en voiture de Montréal.

Le Parc national d’Oka

En bonne férue d’histoire que je suis, je n’ai pas pu m’empêcher de faire quelques recherches sur Oka et son parc. J’ai appris qu’Oka avait un fort passé agricole et religieux, ces deux aspects étant fortement mêlés. En effet, la région a été exploitée durant de nombreuses années par des groupes religieux qui en ont fait un territoire agricole prospère.

On retrouve encore aujourd’hui dans la ville d’Oka des vignobles et érablières, marque de son héritage agricole.

Le gouvernement a peu à peu racheté ces terres afin d’en faire un territoire protégé. En 2001, Oka est donc un parc national sur environ 23 km2. Il fait partie du réseau de la Sépaq, tout comme le Parc de la Chute-Montmorency que j’avais découvert en décembre dernier.

Le Parc national est constitué d’une partie en bord du lac des Deux-Montagnes et d’une autre dans les collines. C’est la colline du Calvaire, où plusieurs bâtiments religieux sont encore présents. Nous n’avons pas visité cette partie du parc, nous devrons y revenir pour l’explorer.

La Plage d’Oka

Nous sommes donc allés côté plage pour une première balade givrée. A Oka, ce sont plusieurs kilomètres de sentiers qui longent la plage, ou bien qui s’enfoncent dans la forêt et les dunes. En vrai, en été l’endroit doit un peu ressembler aux Landes, avec ses plages bordant des lacs calmes et ses forêts de pins. Certes la végétation n’est pas exactement la même mais l’analogie m’est venue de suite à l’esprit.

En hiver, la plage est recouverte de de neige et de glace. C’était la première fois (enfin je crois) que je marchais sur un lac entièrement gelé. A un endroit, nous pouvions encore voir la délimitation entre le sable et les vagues. Le mouvement des vagues est donc capturé dans la glace. Et comme la glace est parfois moins épaisse à cet endroit-là, évidemment elle a craqué sous mes pieds et je me suis lamentablement affalée dans la neige adjacente. Je n’ai pas regretté à ce moment-là d’avoir mis mon pantalon imperméable.

Vague givrée

Sur place, plusieurs activités sont proposées : ski de fond et ski nordique (les bords du lac sont plats et propices à ce genre d’activités), raquettes, fatbike… le tout disponible en location. Un chalet regroupe toute la location et abrite également un foyer avec cheminée, de quoi se réchauffer. 

Le sentier des glaces

Nous choisissons de faire tout à pied, du moins en bonne partie. L’un des sentiers pédestres proposés s’éloigne de la plage et zigzague dans la forêt. Depuis le parking, nous pouvons découvrir dans la forêt le sentier des glaces, une balade relativement courte et facile nous permettant d’admirer des sculptures de glaces.

Une quinzaine de sculptures de glace représentant (principalement) des créatures féériques et mythiques sont accessibles gratuitement et jusqu’à leur fonte totale (ce qui devrait arriver dans le courant du mois de mars). 

L’accès au site est de 9$ par personne si vous prévoyez uniquement de randonner. Sinon, il faudra prévoir des coûts supplémentaires pour skier et autre.

Le parc national d’Oka est une très jolie balade à faire et le parc a l’avantage d’être situé non loin de Montréal. J’y serais bien restée pour admirer le coucher de soleil sur le lac et pour visiter le Calvaire d’Oka. Ça sera l’occasion d’y retourner et de continuer l’exploration. A suivre…

2 commentaires

  1. Oka pour moi évoque une toute autre chose : le fromage à raclette! 😀
    https://www.fromageoka.ca/fr/fromages/oka-raclette

    1. Elisabeth a dit :

      En effet maintenant que tu le dis XD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.